Parce que la croissance verte est une escroquerie.

148 bonnes raisons de faire la Transition.

Raison 4 /148 >> Parce que la croissance verte est une escroquerie.

Suite du post d’hier.

Le choix des mots est important. Et le mot « ESCROQUERIE » est un mot fort. Très fort.

Pour qu’il y ait escroquerie, il faut qu’il y ait beaucoup plus qu’une simple erreur ; beaucoup plus que la seule présentation avantageuse d’une offre quelle qu’elle soit ; beaucoup plus que des promesses ou des prévisions un peu trop optimistes.

Pour qu’il y ait escroquerie, il faut qu’il y ait manipulation et tromperie intentionnelles, construites, organisées ; il faut aussi des procédés frauduleux, des malversations, des faux en écriture… Et il faut que tout cela vise à l’enrichissement personnel des initiateurs de cette fraude.

Eh bien forts de toutes ces précisions, nous affirmons que la promesse d’une éternelle croissance (désormais « verte » et « durable ») est la plus vaste escroquerie jamais montée à l’échelle internationale.

Et la démonstration de force réussie par Elon Musk hier soir en est une parfaite illustration.

Nous le rappelions hier, cette escroquerie repose sur 3 promesses :

> Le progrès technique apportera (comme il l’a toujours fait dans l’histoire de l’humanité) les solutions aux grands défis écologiques auxquels nous devons faire face.

> Les entrepreneurs milliardaires (et aspirants milliardaires) sont des super-héros qui vont sauver le monde par leur talent et leur philanthropie.

> Le catastrophisme n’est pas de mise. Le système n’est pas en cause. Bien au contraire, c’est en continuant à consommer avec optimisme et en laissant faire le marché que tout va s’arranger.

 

Un peu de recyclage, un zeste de permaculture, une pincée de pensée positive, quelques gigawatts d’énergies renouvelables, une bonne couche de peinture verte et le tour est joué !

Et tout cela est vrai, scientifiquement prouvé, indiscutable autant que le sont la bonne foi et la sincérité des leaders d’opinions (star du show biz, du sport et des médias) qui relaient ce message comme un refrain universel de paix, de fraternité et de prospérité.

Tout cela est vrai… à un tout petit détail près : ça ne marchera pas pour tout le monde !

Et ça, nos messagers de luxe et nos milliardaires philanthropes omettent de le souligner.

Le projet capitaliste des 19ème et 20ème siècle reposait encore sur une vision patriarcale et paternaliste, elle même issue du système féodal dans lequel l’oligarchie avait besoin d’une grande masse de main d’oeuvre (et de chair a canon) pour assurer son confort et sa prospérité. En conséquence, le peuple était asservi, mais les puissants devaient prendre en compte ses rares soulèvements parce qu’il en avait un besoin vital. En France, le Front Populaire et Mai 68 font ainsi partie de ces dernières grandes concessions de l’oligarchie au peuple en colère.

Aujourd’hui, par la grâce de la fameuse technologie, en particulier la robotique et l’intelligence artificielle, les nouveaux maitres du monde ont (et vont avoir) de moins en moins besoin de laquais.

De ce fait, il est peu probable que les villes flottantes qui font déjà fantasmer tant de jeunes millionnaires de la Silicon Valley accueillent beaucoup de logements sociaux ni ne créent beaucoup d’emplois. Une armée de robots bien programmés et non syndiqués fera bien mieux l’affaire pour leur servir des piña collada.

Des lors, on peut sérieusement envisager que les milliardaires, à défaut d’être des super-héros, soient bel et bien en train de s’organiser pour sauver non pas LE monde, mais LEUR monde.

Pendant des siècles, et encore récemment pendant les « 30 glorieuses », la classe moyenne et la petite bourgeoisie ont pu prospérer sur l’exploitation d’un tiers plus pauvre et moins bien loti : les esclaves, les serfs, les prolétaires, les peuples colonisés… Les principes bien pensés de « civilisation » et d’ordre social, souvent consolidés par le carcan de la religion, servaient a faire tenir le tout.

Aujourd’hui il devient de plus en plus difficile de piller un pays ou d’asservir une population étrangère sans que cela se sache et, surtout, sans que cela ne prête a conséquence jusqu’en bas de chez soi. Les « migrants » sont pour cela bien moins bien éduqués que nos pauvres à nous qui savent où est leur place… on n’arrive plus a les contenir… et tout cela commence a se voir et a faire désordre, bien qu’on continue a essayer de le glisser sous le tapis.

Face à cette situation, l’oligarchie continue de penser le monde comme s’il était peuplé de jeunes super-diplomés aspirants milliardaires. Et comme si tout un chacun venait au monde avec devant lui une jolie page blanche pour y écrire les rêves que sa vie lui permettrait de réaliser. Un univers de possibilités. Une immensité d’espaces vierges a conquérir…

Pas a 7 Milliards !… et encore moins à 9 ou 10 milliards.

A 10 milliards d’êtres humains nous n’aurions pas assez de 5 planètes pour ne serait-ce que tous vivre comme un européen moyen. Il en faudrait même 10 pour vivre tous comme des américains…

Pour envisager de vivre ensemble, ne serait-ce que décemment : avoir accès à l’eau potable et à un air respirable, un toit sur la tête et 3 repas par jour. Rien que pour cela, avec 10 milliards d’êtres humains, nous allons devoir réapprendre à vivre et à penser autrement. Radicalement !

Et nous ne pourrons pas le faire si nous continuons à subir les injonctions des publicitaires et des faiseurs d’opinion. Nous ne pourrons pas le faire si nous devons maintenir le système à flot grâce à notre sur-consommation. Nous ne pourrons pas le faire si nous devons continuer à abreuver les pompes à dividendes que sont les banques, les compagnies d’assurance et les grandes entreprises multinationales.

Il faudra alors trouver des solutions… et si les masses ne sont plus « requises » pour assurer le confort et la prospérité des puissants, alors il n’est pas à exclure que les puissants trouvent le moyen de s’en passer…

On ne peut pas exclure ce scénario.

Mais en attendant, il faut amuser le peuple. Il faut lui donner à croire que s’il reste docile et besogneux, les « belles gens » continueront à le faire rêver de meilleurs lendemain et a lui vendre des ersatz de bonheur.

Alors Elon Musk part à l’assaut de Mars. Bill Gates part a l’assaut de la malaria. Jeff Bezos réinvente le shopping. Richard Branson dynamise le transport aérien. Le groupe Vinci pense les villes de demain. La fondation Clinton s’occupe de la paix dans le monde. Michelle Obama et Oprah Winfrey s’occupent du sexisme et du racisme. Bono nous chante de belles chansons…

L’oligarchie veille sur nous… et pour qu’elle puisse continuer à le faire, continuons de lui remplir les poches.

Un nouveau smartphone va sortir l’été prochain. Un nouvel écran plat. Une nouvelle collection de prêt a porter a bas prix. Une nouvelle saison de série télévisée. La dernière version de nos jeux favoris. Nous allons mettre toutes nos économies dans nos vacances bien méritées. Nous allons fantasmer sur la maison que nous n’aurons jamais. Une nouvelle star va nous faire rêver avec ses dribbles, ses dunks, ses films à effets spéciaux ou ses chorégraphies hystérisantes. Une nouvelle chance de participer à une émission de télé réalité. Un nouveau médicament pour contenir les ravages de la vie quotidienne sur nos corps en lambeaux… de quoi tenir… et de quoi continuer à croire à leurs promesses.

Voila où nous entraine la grande escroquerie de la croissance verte.

Alors pour rompre avec tout ça, la transition, ça devient urgent !

===

148 bonnes raisons de faire la Transition.

A partir du 5 février 2018 et pendant 148 jours, nous vous donnons RV tous les jours pour partager avec vous une bonne raison de vous mettre en mode « Transition ».

Sortir du consumérisme inconscient pour aller vers un mode de vie plus sobre.

Sortir des dépendances aux énergies carbone, à la chimie, aux médocs, au sucre, à la malbouffe, au fric, au shopping, à l’électronique, au divertissement, à la croissance… pour retrouver une véritable autonomie.

Chaque jour : une bonne raison.

Pendant 148 jours.

Un jour nous vous dirons pourquoi 148. Et aussi pourquoi cette série a été lancée le 5 février.

En attendant, bonne lecture et merci de nous soutenir par vos « j’aime », vos commentaires et vos partages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :